Moins de bistouri

Lors du dernier congrès de médecine et chirurgie esthétique à Paris en janvier les professionnels de santé ont noté une nette modification des pratiques esthétiques. En effet de plus en plus d'actes esthétiques qui étaient chirurgicaux avant ont glissé vers des actes médicaux. Les injections et autres procédures faiblement invasives (rhinoplastie, blépharoplastie, otoplastie dites "médicales") y ont pour beaucoup participé. Précisons que de nombreux actes nécessitent et nécessiteront encore longtemps le recours à nos confrères chirurgiens et à leur haut niveau d'expertise.